Nic dans la gorge de l'Estéron

De l'eau à gorges déployées, c'est ce que Nic, Chris, Gil, Vecchio du CKPB, Géry et Tatal ont goûté du 28 avril au 4 mai. D'abord dans les Alpes Maritimes, la Siagne (du confluent avec la Siagnole au barrage de St-Cézaire) et l'Estéron (de Roquesteron au Var) ouvraient leurs gorges calcaires pour voir passer ces kayakistes : eau turquoise, soleil, cadre magnifique. 

Gil dans la clue de la Cerise

Clue de la Cerise, Estéron

Puis la Vésubie en grosses eaux (1,15 à l'échelle) se montrait fougueuse sur tout le parcours de Roquebillière au barrage du Suquet et agitait fortement les bateaux dans ses longs couloirs étroits et obscurs (Lantosque): mais quelle descente ! Le parcours de St-Jean-la-rivière au Var, moins intense, permettait de souffler un peu.

 

 

 

Après une 2e descente de l'Estéron, le groupe prenait la direction du Mont Aigoual pour retrouver la Dourbie par petit niveau (0,60). Les pagayeurs découvraient pour la première fois, la partie inférieure des gorges, "du bazar à bulles" jusqu'à Viala. Le lendemain, de Dourbies au "bazar à bulles", le plaisir était encore omniprésent.

Chris dans la gorge du bas de la Dourbie

 

 

 

 

 

 

Enfin, le haut Tarn (2,20 à l'échelle), de Pont-de Monvert à la Vernède, sous un soleil éclatant, était le feu d'artifice de ce séjour. Tous les nombreux passages étaient franchis (superbe Gouffre des Meules, Trompette, etc...) et les sensations étaient au rendez-vous.

 

Devant la beauté de tous ces parcours, les kayakistes  ne pouvaient que pousser alors un "oh !" à gorge déployée.

Géry dans la Trompette